Services publics et l'Internet incompatibles ?

L'internet est un média massif, rapide en reproduction et large en diffusion. Mais, la démocratie peut-elle être instantanée ?

Nous ne sommes clairement pas pour censurer une information. Car nous ne pouvons combattre une idée qui avancerait masquée, dans l'ombre. Pour avoir le temps de la réflexion et du recul, il nous faut éviter précipitation et instantanéité.

Il semble que cette vitesse pose problème et nie des choix démocratiques de services publics (éducation, élections, …) :

  • lorsqu'un sujet de BAC est rendu public avant d'avoir été proposé aux candidats légitimes (épreuve de math).
  • lorsqu'un sondage (pris pour valeur de résultat) est publié avant d'avoir écouté les urnes légitimes (élection présidentielle).

Bien sûr, ces informations seront tôt ou tard sur la toile. Et c'est tant mieux. Mais comment pouvons-nous rester sereins et faire le choix de ne pas les voir pour ne pas être influencés ?

Et ce n'est pas parce que nous avons des informations trop tôt que nous devons croire posséder toutes les informations. Car, d'un autre côté, il arrive que s'applique la censure des vidéos sans qu'on le demande :

  • tel un ballon portant l'inscription « U pay your taxe ? 2 » lors d'un concert1) ou
  • une vidéo portant sur le gain réel de protection des écoliers japonais par 35 000 dosimètres 2) (un thermomètre protège-t-il de la fièvre ?).

Finalement l'Internet est-il un réel lieu de liberté en permettant la précipitation de certaines informations et en censurant d'autres ?

Mais au fait, à qui appartient l'internet aujourd'hui ? Je ne parle pas des tuyaux ou des contenus, mais de la signalisation, des aiguilleurs, des régulateurs.

Est-ce la propriété des peuples (appliquant des décisions suivant des règles de biens communs) ou celle de multinationales cotées en bourse (moteurs de recherche, messageries, réseaux dits sociaux, …) ?

Finalement, si services publics et profits sont incompatibles, à nous de décider de faire de l'Internet soit un bien commun (“.org”), soit un outil aux mains d'intérêts privés (“.com”).

Comment ? la décision est déjà prise ? Vous avez dit « e-G8 : Une solution de relance économique » ? Tiens, tiens …



François

suite_de_l_agenda/services_publics_et_l_internet_incompatibles.txt · Dernière modification: 28/10/2013 19:03 (modification externe)