Motard, un alibi insécuritaire ?

Voiture refusant une priorité
“Crash Test” en laboratoire crashtestmoto.jpg



Il y a trop d'accidents mortels chez les motards. C'est un drame !
Qu'elle est la solution proposée par le gouvernement ? Agrandir les plaques d'immatriculation !
Le message est clair : plaques plus grandes ⇒ facilité de relever des infractions ⇒ les motards roulent trop vite ⇒ c'est bien leur faute s'ils meurent sur la route ⇒ “ils l'ont bien cherché !”

Mais, si nous utilisions un peu notre machinerie mentale, nous réaliserions que les millions de pixels des appareils numériques des radars automatiques permettraient de déterminer jusqu'à la marque de la petite culotte du passager arrière. Alors pourquoi augmenter la taille des plaques ? Et si c'était encore de la com … hum, hum.

Une recherche scientifique1) montre que, dans un cas sur deux, les accidents mortels avec un motard sont déclenchés par l'autre véhicule. Et dans sept cas sur dix des accidents non mortels, la responsabilité provient de l'autre véhicule2)

Une étude plus fine montre que nous, automobilistes, pourrions diminuer la mortalité des motards en prenant nos responsabilités :

  • respecter les priorités aux intersections
  • utiliser nos clignotants en cas de changement de direction
  • ne pas frôler les 2 roues en les dépassant alors même qu'ils respectent les limitations de vitesse

Mais, est-ce en stigmatisant les motards que nous, automobilistes, changerons de comportement ? Serons-nous plus indulgents, plus attentifs à la fragilité des 2 roues si nous écoutons le discours “ils l'ont bien cherché !” ?

Allez, soyons complètement démago : proposons des plaques de moto de 1m carré et un gyrophare orange sur les casques (comme les véhicules agricoles) :-) !



statcauseaccident.jpg

PS: Au risque d'amoindrir ce billet, j'ai été surpris par les statistiques3). La fréquence des accidents (mortels ou non mortels) dépendent de leurs causes. Sauf dans deux cas : (en B) la collision d'obstacle serait plus mortelle (ce n'est pas surprenant), en revanche, (en G) la collision latérale le serait moins (?!). N'imaginons pas de délit de fuite dans le cas d'une chute mortelle après évitement de collision latérale. Il est plus amusant de croire que les arbres traversent plus souvent la route lorsqu'il n'y a pas de témoin.
Et cette petite phrase lancinante … “ils l'ont bien cherché !”



François

1) Agence Nationale de la Recherche / Projet “2RM” 2006-2008 : Accidentologie, Usage et Représentation des Deux-Roues Motorisés
Analyse comparative de procédures d’accidents mortels et non mortels
2) Tableau 28 du document précédent
3) Tableau 12 du même document
suite_de_l_agenda/motard_un_alibi_insecuritaire.txt · Dernière modification: 28/10/2013 18:59 (modification externe)