Action disabled: source

Des prix livrés à la folie des marchés.

Par Akram Belkaïd.

petrole3.jpg

C’est un des grands paradoxes de l’économie moderne : nul ne peut expliquer de manière satisfaisante les mécanismes exacts de formation des cours du pétrole. Bien que ses variations affectent producteurs et consommateurs ainsi que l’ensemble de la sphère financière, le prix du baril d’or noir reste entouré d’un halo de mystère.

C’est peu de dire que le marché pétrolier est opaque, ce qui contribue à renforcer son image sulfureuse, surtout en période de très forte hausse où les critiques convergent vers trois principaux suspects : d’un côté, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et les spéculateurs, tous deux accusés de provoquer la flambée des prix et, de l’autre, les compagnies pétrolières privées mises en cause pour les bénéfices qu’elles engrangent.

« Depuis le premier choc pétrolier jusqu’à la fin des années 1990, l’OPEP a été le principal accusé en matière de manipulation des prix de l’or noir », rappelle Djavad Salehi-Isfahani, spécialiste de l’énergie et du Proche-Orient à la Brookings Institution à Washington. « Le fait que plusieurs pays producteurs puissent d’un commun accord diminuer ou augmenter leur production, ce qui influe sur les prix, n’a vraiment jamais été accepté par les pays consommateurs. » Plusieurs projets de loi ont circulé au Congrès américain pour assimiler l’OPEP à un cartel illégal ayant des pratiques jugées spéculatives à l’aune des lois antitrust. « Il n’y a aucune chance pour qu’un tel texte soit voté par le Sénat ou signé par la Maison Blanche, mais le fait d’agiter cette menace permet de désigner le coupable idéal quand le conducteur américain proteste contre la hausse des prix à la pompe », souligne l’expert.

Du côté de l’OPEP, on se défend de toute activité de spéculation en jouant quelque peu sur les mots. « Nous sommes une organisation responsable qui n’a rien à voir avec les spéculateurs qui agissent sur les marchés financiers », indique-t-on auprès du siège de l’organisation à Vienne. « L’OPEP a pour but principal de veiller à ce que le marché pétrolier soit approvisionné de manière continue de façon à éviter la volatilité des prix. Bien sûr, nous veillons à ce que les cours demeurent à un niveau qui satisfasse les pays producteurs mais nous ne cherchons pas à les manipuler. Il est d’ailleurs de l’intérêt de l’OPEP que le prix du baril reste stable et qu’il ne dépasse pas une certaine limite car cela affecterait la croissance mondiale et donc les ventes de pétrole. »

Pour autant, de nombreux spécialistes estiment que certains membres de l’Organisation n’hésitent pas à spéculer à leur façon, le plus souvent pour des objectifs politiques. « L’Arabie saoudite a plusieurs fois joué la baisse en augmentant sa production. Il s’agissait pour elle de mettre à genoux des producteurs qui lui étaient hostiles comme ce fut le cas avec l’Iran au milieu des années 1980 », rappelle un ancien ministre algérien du pétrole. Toutefois, ce dernier insiste sur le fait que l’influence du cartel sur les prix s’est quelque peu amoindrie depuis une dizaine d’années. Certes, l’OPEP peut toujours provoquer la panique en fermant ses robinets mais cela contredirait ses objectifs officiels et ses intérêts. En revanche, la flambée des cours de 2008 a démontré que cette organisation peine désormais à peser sur l’évolution des prix et à freiner les bulles spéculatives qui se créent sur les marchés à terme. En témoignent les accusations répétées de ses dirigeants à l’encontre des spéculateurs.

Dans son rapport sur les perspectives du marché mondial publié en novembre 2010, l’Organisation a même renouvelé ses critiques à l’égard des excès des marchés pétroliers. « Alors que les inquiétudes relatives à la volatilité excessive des cours et au rôle de la spéculation se sont quelque peu atténuées depuis environ un an, il est essentiel de ne pas oublier les extrêmes que le marché avait atteints en 2008 », relève le document qui prédit un cours compris entre 75 et 85 dollars le baril d’ici à 2020, soit des niveaux bien inférieurs aux 150 dollars atteints en 2008 et même au seuil de 100 dollars dont de nombreuses banques d’affaires, parmi lesquelles Goldman Sachs, jugent le dépassement « inévitable » au cours des prochaines années.

Mais qui sont donc ces spéculateurs à qui l’OPEP mais aussi de nombreux pays consommateurs font porter la responsabilité de l’emballement du marché pétrolier depuis 2003 ? La réponse la plus répandue désigne les fameux fonds d’investissements (hedge funds), dont les stratégies de placement ne répondent à ce jour à aucune restriction légale et dont l’objectif est de maximiser les gains à court terme quelle que soit l’évolution du marché. « Ces fonds se sont longtemps désintéressés des matières premières », explique l’économiste américain Jeremy Rifkin qui milite aujourd’hui pour le développement des énergies renouvelables afin de s’affranchir de la contrainte pétrolière. « Ils n’ont commencé à s’y intéresser qu’au milieu des années 2000 notamment parce que la politique de faibles taux d’intérêts de la Réserve fédérale américaine leur permettait de lever facilement des liquidités pour les placer sur le marché pétrolier. »

Habitués à tirer profit des anomalies des marchés financiers — on dit alors qu’ils procèdent à des arbitrages —, les hedge funds ont très vite décelé les importantes failles, voire la vétusté de ceux du pétrole. « Dès 2002, et dans la perspective d’une guerre en Irak, ces fonds ont commencé à parier sur la hausse du baril en achetant toujours plus de contrats à terme ; ce qui, en retour, a obligé d’autres investisseurs à les suivre », explique Luay Al-Khateeb, spécialiste irakien des marchés pétroliers et de l’OPEP.

Pour lui, la machine spéculative s’est auto-entretenue en profitant d’éléments tangibles qui la renforçaient. « Les hedge funds n’ont pas cherché à spéculer à la baisse, juge-t-il. Cela aurait été suicidaire. En revanche, ils n’ont fait qu’exacerber une tendance rationnelle. Tout le monde sait aujourd’hui que les réserves mondiales de pétrole diminuent, que la Chine et l’Inde sont en compétition ouverte avec les Etats-Unis pour sécuriser leurs approvisionnements pétroliers et qu’une attaque américaine contre l’Iran risque de priver le marché de plusieurs millions de barils par jour. On a vu des contextes réels bien plus difficiles pour spéculer à la hausse ! »

C’est donc la nature même des marchés pétroliers qui est en cause puisqu’ils permettent d’amplifier des tendances normales comme, par exemple, la hausse de l’or noir à l’approche de l’hiver dans l’hémisphère Nord. « A l’origine, ces marchés ont pourtant été créés pour se prémunir contre la volatilité provoquée par les premiers chocs pétroliers. Cela permettait à n’importe quel acteur de se protéger contre une hausse soudaine des prix sur le marché physique », rappelle M.William D. Jones, courtier en produits pétroliers à Chicago. Ainsi, pendant longtemps, ce sont les prix pratiqués sur le marché physique, que l’on appelle aussi le « marché spot » ou encore le marché au comptant, qui prévalaient et constituaient une référence pour les marchés financiers. « Jusqu’à la fin des années 1990, la spéculation se jouait surtout sur le “marché spot” », confirme un opérateur du courtier Cameron Hanover.

A ce jour, la palette de ces manipulations n’est pas entièrement connue. On sait par exemple qu’il existe des « cargaisons fantômes » d’or noir qui peuvent disparaître ou réapparaître comme par enchantement et selon l’évolution des cours. Des tankers sillonnent les mers du globe en attendant qu’on leur précise leur destination finale, laquelle peut changer trois ou quatre fois avant la livraison définitive. On sait aussi que des maisons de courtage renommées peuvent faire pression sur tel ou tel producteur de pétrole, notamment africain, pour qu’il ralentisse ou accélère le débit de ses pompages. Cela peut aussi concerner une raffinerie qui entrera opportunément en maintenance à quelques semaines de la driving season américaine, cette période estivale ou les Américains utilisent beaucoup plus leurs véhicules. « On peut aussi vendre et acheter des cargaisons fictives en étant de mèche avec sa contrepartie. Dans ce cas, le but est de faire savoir au marché qu’une certaine quantité de pétrole s’est vendue à tel ou tel prix, ce qui aura forcément un impact sur l’évolution des cours », détaille un courtier genevois qui, comme ses confrères, préfère garder l’anonymat.

« Tout cela est réel mais relève presque du folklore. La vraie spéculation a lieu maintenant sur les marchés financiers », tempère un analyste d’une grande banque française très présente sur le marché des matières premières. Selon lui, la protection contre la volatilité du marché physique a peu à peu été reléguée au second plan, les marchés pétroliers à terme, qu’il s’agisse du New York Mercantile Exchange (Nymex) ou de l’Inter-continental Exchange (ICE) de Londres, étant devenus les otages de stratégies financières de plus en plus sophistiquées et ayant peu à voir avec les fondamentaux de l’offre et de la demande en or noir. De fait, il peut s’échanger en un jour sur ces marchés jusqu’à quatre fois les quantités physiques totales de pétrole brut. « A Londres, comme à New York, l’or noir est juste un motif, une raison de parier à la hausse ou à la baisse. Tout le reste n’est qu’abstractions et martingales d’investisseurs », ajoute l’analyste.

Cette emprise des marchés à terme a une conséquence. Pour l’économiste Christian de Boissieu, elle a inversé le mécanisme de référence puisque le prix du pétrole se formerait désormais sur ces segments financiers et non plus sur le « marché spot ». Pour résumer, la somme des anticipations (et des manœuvres spéculatives) finit par influer sur le comportement (offre et demande) du marché réel. Et l’impact de ces marchés est d’autant plus grand qu’ils ont été progressivement dérégulés au cours des quinze dernières années. Enfin, l’introduction des transactions électroniques — la cotation à la criée existe encore à New York mais les ordinateurs prennent le relais la nuit — a permis l’avènement d’un marché à terme fonctionnant vingt-quatre heures sur vingt-quatre.

D’autres facteurs facilitent la spéculation sur les marchés pétroliers à terme. Le premier concerne le manque de transparence du secteur. Malgré plusieurs appels en ce sens, y compris du G8 très en pointe lui aussi dans la critique contre la spéculation pétrolière, la question de la fiabilité des statistiques en matière de réserves pétrolières reste posée. Les Etats mais aussi les compagnies privées peuvent continuer d’annoncer les réserves prouvées qu’ils veulent sans qu’aucune entité indépendante ne puisse le vérifier. Dès lors, une rumeur distillée au bon moment offrira un bon prétexte au marché pour s’emballer. Témoignage d’un courtier parisien : « Lors d’un déjeuner, un trader de renom ou, mieux encore, un ancien responsable politique devenu consultant dans le pétrole, vous laisse entendre que de l’eau remonterait à la surface de tel champ saoudien ou algérien ; ce qui signifie que ces pays ont moins de pétrole qu’ils ne l’annoncent officiellement. Vous savez que cela peut-être une manipulation mais vous n’avez pas le choix. Vous avez intérêt à anticiper le mouvement et à parier sur une hausse des prix. Au final, tout le monde aura oublié pourquoi le marché a flambé. Et ces rumeurs sont incessantes. »

Les références de pétrole sur lesquelles se fondent les marchés pétroliers de Londres et de New York posent elles aussi un problème. Le Brent provient d’une quinzaine de réservoirs de la mer du Nord tandis que le West Texas Intermediate (WTI) est extrait, comme son nom ne l’indique pas, en Oklahoma. Problème, ces deux références ne correspondent à rien de tangible puisque les quantités puisées quotidiennement dans ces gisements sont infimes. Pourtant, ce sont ces références qui sont à la base de la majorité des contrats pétroliers dans le monde.

Conscients de cette aberration, de nombreux experts préconisent la mise à plat des marchés pétroliers mondiaux avec l’adoption d’un système qui tiendrait compte des échanges pétroliers réels en plusieurs endroits de la planète. Cette confrontation de l’offre et de la demande réelles aurait certainement l’avantage de diminuer la spéculation mais elle se heurte à d’importants obstacles. Cela exigerait en effet de réformer le fonctionnement des marchés pétroliers avec la mise en place d’un système d’information sur les transactions physiques que personne ne semble capable d’imposer et encore moins de financer. Quoi qu’en disent le G8 et l’OPEP, la spéculation sur les marchés pétroliers à terme a encore de beaux jours devant elle.

les_actualites/des_prix_livres_a_la_folie_des_marches.txt · Dernière modification: 30/06/2013 14:33 (modification externe)